UMLAUT FESTIVAL 2020 16 Feb 2020

Depuis dix ans chaque année, au gré des saisons tous les atomes du collectif Umlaut se réunissent pour graviter autour d’un festival commun. Fomentant leur mauvais coup comme des lutins malicieux, ils dévoilent à celles et ceux qui veulent l’entendre tantôt leur dernière trouvailles personnelles, tantôt leur nouvelles connivences musicales. Et cette année, c’est l’anniversaire! 10 ans : âge de raison? Moment de faire le bilan? Bonnes résolutions? Ou peut-être tout à la fois et rien de tout ça. Mesdames et messieurs, vous entendrez donc le retour du groupe Peeping Tom dans sa version trio comme vous ne l’aviez pas entendu depuis des années, un nouveau groupe inédit propulsé par Eve Risser sur des idées de Luc Ex, un étrange hommage à Ornette Coleman, une pièce fraîchement écrite par Karl Naegelen interprété par Joris Rühl et le tout nouveau quatuor Umlaut, la musique entêtante du trio Musæum Clausum, les chansons surréalistes du groupe Griffure et les retrouvailles du duo Donkey Monkey. Le tout dans le plus bel écrin de la goutte d’or : le Lavoir Moderne Parisien.

Pas de nostalgie!

Pas de prospectives hasardeuses!

Le collectif Umlaut suivra encore sa route avec comme seul et unique mot d’ordre : « N’importe quoi mais pas n’importe comment! » (Merci à nos amis Michel Vogel et Philip Corner pour cette formule)


Ouverture des portes : 19h30 / Début des concerts : 20h

Tarif en prévente : 12,50 €
Billetterie en ligne : yesgolive.com/umlaut-festival-2020
Tarifs sur place :
plein 15 € / réduit (étudiants et demandeurs d’emploi) 10 €

Lavoir Moderne Parisien
35 rue Léon, 75018 Paris
Restauration et bar sur place dès l’ouverture des portes.


VENDREDI 24 AVRIL

  • PEEPING TOM

Pierre-Antoine Badaroux (saxophone), Joel Grip (contrebasse), Antonin Gerbal (batterie)

Le trio Peeping Tom réunit certains des musiciens les plus actifs de la scène européenne d’aujourd’hui. Ce qui avait commencé en 2007 dans les sous-sols d’une cave parisienne s’est mué en un langage musical d’une extrême précision qui décortique les restes du be-bop dans le temps présent. Il s’agit non pas de dire quelque chose de nouveau sur le mot jazz mais plutôt d’utiliser le nom « jazz » comme un verbe transitif. Il résulte de ce travail une musique polyglotte aux bifurcations imprévisibles et aux repères brouillés, une musique en tension renouvelée et au sol meuble.

  • GRIFFURE

Amaryllis Billet (violon, voix), Léonore Grollemund (violoncelle, voix)

Chants voix, violon violoncelles, effets divers et engins rouillés – compositions et improvisations, paroles français anglais et yaourt, entre Orient, Occident, matière sonore et souvenir traditionnel flous, détour technologique de grande envergure, bon niveau général. On peut sans doute aller sous-terre ou parler aux extra-terrestres.

  • SPELLING THE ALPHABET – ORNETTE COLEMAN SONGBOOK VOL.2

Pierre-Antoine Badaroux (claviers), Pierre Borel (saxophone), Louis Laurain (trompette), Joel Grip (violoncelle), Sebastien Beliah (basse électrique), Antonin Gerbal (batterie)

En 2008, Pierre-Antoine Badaroux superposait les pistes improvisées sur son synthétiseur numérique, pour rendre la dimension orchestrale et imprévisible de la musique d’Ornette Coleman. En 2020, il s’associe à des musiciens hantés par la musique du saxophoniste américain, explorant les possibles mémoires sonores, thématiques et interactionnelles d’une musique sans âge.


SAMEDI 25 AVRIL

  • CALQUES, POUR CLARINETTE ET QUATUOR À CORDES

Karl Naegelen (composition), Amaryllis Billet (violon), Anna Jalving (violon), Fanny Paccoud (alto), Sarah Ledoux (violoncelle), Joris Rühl (clarinette)

La pièce Calques est une création réunissant le quatuor Umlaut, le clarinettiste Joris Rühl et le compositeur Karl Naegelen. Karl Naegelen et Joris Rühl ont entamé une collaboration longue de plus de 10 ans, à travers des projets remarqués tels que Fenêtre ovale, et plus récemment, un concerto pour clarinette créé en juin 2019 avec l’ONCEIM.  Cette nouvelle création, Calques, est pensée comme une sorte de prolongement du concerto, construit autour d’un rapport de zoom entre la partie de clarinette et le quatuor. Comme si le quatuor s’efforçait de recréer « en grand » le son de la clarinette, véritable « modèle » sonore, et en particulier de multiphoniques évoluant lentement grâce à la technique de respiration continue. Cette création est née de l’impulsion de la naissance du quatuor Umlaut, mêlant des musiciennes de France et Danemark.

  • DONKEY MONKEY

Eve Risser (piano), Yuko Oshima (percussions)

Le Donkey Monkey, animal surréaliste à 12 tentacules qui passe jazz, pop et musique contemporaine à la moulinette, version boogie-woogie. Ce duo dessine une moustache à l’encre sur le visage des musiques créatives internationales. Yuko Oshima, issue de la vibrante scène rock japonaise, et Eve Risser, avec ses doigts de pianiste explorant les profondeurs du jazz et des musiques contemporaines, se sont trouvées pour donner naissance à cette créature : le Donkey Monkey, nouvel animal de la jungle européenne.

  • MUSÆUM CLAUSUM

Louis Laurain (cornet), Sebastien Beliah (contrebasse), Hannes Lingens (batterie)

La musique du trio franco-allemand Musæum Clausum est un flot constant avec de petites variations de vitesse et d’intensité, sans début ni fin. Dans cette musique, chaque musicien trace librement et indépendamment un chemin dans le développement de ses idées et révèle les éléments d’un cadre général qui se déplace lentement et patiemment pour atteindre parfois un haut niveau de complexité.

  • BRIQUE

Bianca Ianuzzi (voix), Eve Risser (piano), Luc Ex (basse électro-acoustique), Francesco Pastacaldi (batterie)

Il est difficile d’écrire des mots avant les notes mais les premiers quelques sons ont été émis et il en sort une belle pâte structurée comme une maison fabriquée par Buster Keaton avec beaucoup de ressorts possibles et de chansons en quatre pièces.

Pin on PinterestShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+