Jean-Jacques Birgé – Citizen Jazz 01 Aug 2011

Ève Risser au piano préparé et Joris Rühl à la clarinette interprètent la musique du compositeur Karl Naegelen sur l’album Fenêtre ovale paru sur le label suédois Umlaut. Il s’agit plutôt de la collaboration entre un compositeur et deux improvisateurs partageant leurs recherches. L’écriture originale préserve la spontanéité du duo habitué à se fréquenter pour créer à trois une œuvre vivante qui ne ressemble à aucune autre. Comme John Cage utilise gommes et vis ou Benoît Delbecq des bouts de bois joliment taillés coincés dans les cordes, les préparations du piano de Risser intègrent toute une panoplie d’objets incongrus offrant une variété de timbres inouïs et surtout des modes de jeu uniques : des aimants, un vibromasseur, une brosse, du velours, une perle accrochée à une ficelle, du fil de cuivre et bien d’autres outils. Bien que le livret n’annonce pas la flûte de Risser ou l’orgue à bouche de Rühl, le duo offre un matériau exceptionnel à Naegelen, préoccupé de trouver une notation qui servira ensuite aux instrumentistes. La musique possède la beauté et la sérénité des Sonates et Interludes de Cage ou des pièces pour shakuhachi japonaises en renouvelant le genre. Délicate et profonde, riche et sobre à la fois, elle réussit à faire oublier le geste instrumental, pourtant radicalement présent, pour ne faire ressortir que le temps musical avec ses pleins et ses déliés, ses couleurs et ses silences.

Citizen Jazz

Pin on PinterestShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+